14 - La maison Daniel-Poirier et la compagnie

La maison Daniel-Poirier est la seule maison du Vieux-Longueuil construite sous le Régime français et ayant conservé à peu près intégralement son aspect original. Elle est érigée en 1749-1750 par le forgeron et taillandier Daniel Poirier, petit-fils du pionnier Jean Poirier dit Lajeunesse.

L'architecture de la maison est d'esprit français comme en témoignent l'asymétrie de ses ouvertures, les grandes cheminées aux murs-pignons et les linteaux en bois noyés dans le mortier.

Acquise par les sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie en 1890, elle échappe à la démolition.

Les élargissements successifs de la rue Saint-Charles, en 1921 et en 1969, entraînent la disparition de la magnifique galerie originale abritée par le larmier. Aujourd'hui, le bâtiment sert de résidence aux religieuses.

La maison de la Fabrique

La maison de la Fabrique est construite en 1812 par Dominique Rollin fils, à l'angle nord-ouest du chemin de Chambly et de la rue Saint-Charles, l'emplacement de la Caisse populaire de Longueuil.

En 1834, elle est achetée par la fabrique de la paroisse de Saint-Antoine et sert de maison d'école et de pensionnat pour filles. C'est là qu'Eulalie Durocher, Henriette Céré et Mélodie Dufresne, responsables de l'école, décident en 1843 de fonder la congrégation des sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie.

Par la suite, la maison sert d'école pour les garçons, de salle communautaire, de logement pour le bedeau, de bureau d'enregistrement, de salle de réunion pour le conseil du village, etc.

En 1959, elle est déménagée, pierre par pierre, à l'est du couvent des sœurs S.N.J.M., son site actuel. La maison de la Fabrique est officiellement classée monument historique par le ministère des Affaires culturelles en 1960 sous l'appellation de « Maison Labadie », le nom de son dernier occupant, Gaston Labadie, qui y a logé, un an seulement, son Musée de l'électricité.

The Daniel-Poirier house
The house of Daniel Poirier
The “Crossroads of the Ancestors” in 1937