Retour à l'accueil


Le premier mandat 1978 - 1982

 

Longueuil se retrouve donc avec un maire qui doit gouverner avec un parti autre que le sien. Le Parti municipal ne tarde pas à marquer des points en faisant nommer Jacques Laplante maire suppléant. La première bataille porte sur le budget et force le maire et les conseillers du Parti civique à apporter de nombreux amendements au projet initialement déposé.

En raison de son expérience de président de la commission scolaire et s’avérant le plus apte à rallier les forces du Parti municipal de Longueuil, Roger Ferland occupe la fonction de porte-parole du parti.

André Létourneau dit « Moineau » et Jacques Finet sont deux autres fortes personnalités du parti. Roger Ferland explique qu’il n’est alors que le «haut-parleur» d’André Létourneau.

Les caucus du parti se tiennent surtout, pendant les 18 premiers mois, autour de la table de la salle à manger chez Paul Viau.

Paul-Auguste Briand est expulsé du Parti municipal pour ne pas avoir respecté la solidarité de parti lors d’un vote concernant le centre commercial Place Longueuil. Le parti perd dès lors sa majorité, le nombre de ses conseillers passant à 9 contre 8 et le maire ayant droit de vote. Le conseil est donc, en pratique, presque paralysé à moins d’obtenir l’appui de l’indépendant Jacques Bouchard ou du seul conseiller de la Réforme municipale, Lorenzo Defoy. Il arrive que les indépendants appuient des recommandations du PML. Lorenzo Defoy est rapidement étiqueté : « Avec lui Defoy (des fois) c’est oui, Defoy (des fois) c’est non. »

Le mandat de 1978-1982 est ponctué de belles réalisations : l’aménagement du parc Marie-Victorin, le Centre sportif communautaire de Longueuil et la création du centre hospitalier Pierre-Boucher.

En 1979, après des années de discussions et de guerre de pouvoir entre le Collège Édouard-Montpetit et la Ville de Longueuil, on procède à la construction du Centre sportif communautaire de Longueuil, situé entre le Collège Édouard-Montpetit et l’école secondaire Jacques-Rousseau au 200, rue de Gentilly Est. Le complexe sportif est construit selon les plans de l’architecte Gilles Larose par la firme Hervé Pomerleau, au coût de 7 988 200 $. La firme Trudeau, Régis & associés est responsable des travaux de structure mécanique et d’électricité. Le centre ouvre ses portes le 5 octobre 1981.

Le 11 juin, la Ville inaugure officiellement la succursale Claude-Henri-Grignon de la bibliothèque municipale et, le 24 septembre, la piscine Olympia.

Depuis la construction de la route 132, au début des années 1960, les Longueuillois étaient privés de l’accès aux rives du Saint-Laurent. Ces berges avaient, dans l’histoire de Longueuil, une importance considérable. On y avait aménagé une plage publique, des quais pour accueillir tant les traversiers que les trains et les tramways. On procède, le 11 juin 1979, à la symbolique levée de la première pelletée de terre de l’implantation du parc Marie-Victorin. La Ville reçoit, pour ce projet, une subvention de 300 000 $ du ministère du Tourisme, de la Chasse et de la Pêche. Le parc est progressivement pourvu d’une passerelle, d’une piste cyclable, d’une marina et d’un restaurant.

Le projet de doter la Rive-Sud d’un second centre hospitalier se concrétise lorsqu’on procède, le 13 août 1979, à la rituelle levée de la première pelletée de terre. L’hôpital Pierre-Boucher, construit selon les plans des architectes Chartrand, Frappier, Marcoux, Durand et Lemieux, par J. R. Côté Construction au coût de 45 millions de dollars, sera inauguré au mois de novembre 1982. Il disposera alors de 363 lits et comptera plus de 1 000 employés.

En 1980, la firme Sodem est mandatée pour préparer les plans et devis en vue de l’implantation des phases 1 et 2 du Parc régional, soit le creusage des bassins, l’aménagement des buttes, la construction des barrages, l’installation du système d’alimentation en eau et le nettoyage de la forêt.

La firme Alta construit le réservoir d’eau potable Julien-Lord, sur le boulevard Jacques-Cartier, près de la rue Sainte-Hélène, au coût de 3 715 893 $.

On construit la passerelle reliant l’édifice d’Assigny à l’édifice Port-de-Mer, selon les plans des architectes Martineau, Vallée et Régimbald.

La firme Lehouiller & Poulin agrandit le hall d’entrée du Colisée Jean-Béliveau, au coût de 392 800 $.

La firme Pluram soumet ses premières recommandations sur la mise en valeur du Vieux-Longueuil.

Au plan social, on inaugure le Centre d’hébergement et de soins de longue durée Mgr-Gérard-Marie-Coderre, situé dans le secteur de Gentilly, au 2761, rue Beauvais, à l’angle de la rue Beauharnois. Ce centre de 100 lits est construit au coût de 3 200 000 $. Bertrand Drapeau en est le premier directeur général. Le centre accueille ses premiers résidants le 18 août 1980. Il est inauguré officiellement le 21 septembre par le premier ministre René Lévesque et par le ministre des Affaires sociales, Denis Lazure.

Au 40, rue Lévis, on construit le Centre d’hébergement et de soins de longue durée Chevalier-de-Lévis. D’une capacité d’accueil de 105 personnes, il accueille ses premiers résidants le 6 avril 1981 et on l’inaugure officiellement le 21 juin 1981.

S’ajoute la Maison Le Réveil, un centre de loisirs pour personnes de 50 ans et plus, au 930, rue Saint-Jacques, dans l’ancienne école Saint-Pierre-Apôtre que la Ville avait achetée de la Commission scolaire Saint-Exupéry. Le centre bénéficie d’une subvention de départ de 25 000 $ de la part de la Ville de Longueuil.

On procède à l’inauguration officielle, le 9 juin, de la Maison Sainte-Rose, foyer pour personnes âgées construit en 1977 selon les plans de l’architecte Roméo J. Desjardins. Le centre est situé sur la rue Labonté, à l’emplacement de l’ancienne école Sainte-Rose.

En 1981, le projet de la construction de l’échangeur Lemoyne, qui joint le boulevard Taschereau à la route 116, est accepté, remplaçant ainsi l’ancien échangeur Southwark, construit en 1932. Son coût est estimé à 15 millions de dollars.

On agrandit et on améliore la capacité de l’usine de filtration régionale au coût de près de 15 millions de dollars. On augmente aussi la capacité de l’usine de filtration locale, rue de Châteauguay. Ces travaux sont effectués par la firme Québec Combustion, au coût de 535 355 $.

La bibliothèque Des Ormeaux déménage dans des locaux plus vastes. On procède à l’ouverture, le 5 octobre, du Centre sportif communautaire de Longueuil. Au budget de la Ville figure alors une augmentation de taxes de 0,17 cents par 100 $ d’évaluation.

L’organisation du parti

Le parti doit fonctionner même s’il n’est pas en campagne électorale. Dès le mois de décembre 1978, une soixantaine de personnes assistent à un petit déjeuner au La Barre 500, sur le boulevard Taschereau. Au mois de janvier 1979, environ 500 personnes acceptent l’invitation à une soirée dansante au sous-sol de l’église Notre-Dame-de-Fatima. Un comité d’orientation et de structuration du parti se tient le 18 février 1979; plus de 80 personnes y assistent. La santé du parti est très bonne. On compte, au printemps 1979, plus de 700 membres. Les organisateurs du parti voient aussi à d’autres sources de financement dont les principales sont les cocktails et les épluchettes de blé d’Inde.



Omnium de golf Paul-Viau, en 1979, au club de golf de Verchères. Jean Verdy, Jacques Finet et Roger Ferland, à gauche. Le père de Roger Ferland, Jean-Jacques Lemieux, Denise Robidoux et Serge Robillard, à droite.



Jean Verdy, André Létourneau, Georges Touten, Roger Ferland et Albert Denommée




Traduction libre de la pensée du chef du PML, Paul Viau



Le choix du chef

Après 18 mois passés à la tête du Parti municipal, M. Viau doit quitter son poste; d’abord parce qu’il occupe un emploi exigeant et d’autre part parce que Pierre-A. Baril et certains conseilllers lui signifient clairement qu’il devrait passer le flambeau. Ses relations avec André Létourneau sont très tendues.

Deux candidats sont susceptibles de prendre la relève : Roger Ferland et Jacques Finet. Monsieur Viau s’assure, avant de remettre sa démission, que le parti choisira Jacques Finet. Roger Ferland est le premier à se manifester; il laisse courir les rumeurs sur sa candidature à la mairie. Gilles Déry lui avait dit : «Le prochain maire, c’est toi.» Roger Ferland commençait à y croire. Le commerce de Gilles Déry, un salon de coiffure, est une véritable usine à rumeurs et celle de la candidature de Ferland fait rapidement boule de neige.

Paul Viau laisse entendre aux conseillers que si c’est Finet qui est choisi, il se retirera, mais que si c’est Ferland, il y aura course à la chefferie. Les dirigeants du parti veulent à tout prix éviter une guerre fratricide. Roger Ferland et Jacques Finet s’expliquent.

M. Finet est finalement choisi sans opposition et prépare dès lors la prochaine élection municipale. Amené à la politique par Pierre Baril, il avait été très impliqué dans les loisirs communautaires de la paroisse de Saint-Robert. En 1978, il avait affronté deux adversaires : André Meunier, candidat du Parti civique et secrétaire de la circonscription de Taillon, détenue par René Lévesque, et Pauline Fleury, candidate du Parti de la réforme municipale.

À la fin de l’année 1981, le Parti municipal devient majoritaire lorsque le conseiller Benoît Danault, qui avait quitté le Parti civique, se joint au Parti municipal. M. Danault avait reproché au maire Robidas sa gestion trop autocratique. Le budget de l’année 1982 sera ainsi celui du Parti municipal qui décrète une légère baisse de la taxe foncière, soit de 9 cents par 100 $ d’évaluation.

En 1982, on procède à des fouilles archéologiques à l’emplacement de l’ancien château fort de Longueuil.

On inaugure officiellement, le 21 juin, la maison Rollin-Brais, occupée jusqu’en 1994 par la Chambre de commerce de la Rive-Sud.

On construit un parc linéaire, au coût de 250 000 $, entre le parc Paul-Pratt et la rue Sainte-Hélène.

Une franchise de la Ligue de hockey junior majeure du Québec s’installe à Longueuil, sous le nom des Chevaliers de Longueuil.



La passation des pouvoirs, au printemps 1981, de Paul Viau à Jacques Finet




Jacques Finet et son épouse Lorraine Leclerc



Cocktail au club de golf de Saint-Basile-le-Grand, en 1981. Jacques Finet rencontre quelques sympathisants.





Gaétan Baillargeon, alors membre actif du PML, prépare la salle lors de la soirée du cocktail au club de golf de Saint-Basile-le-Grand.





La Ville de Longueuil se joint aux villes voisines de Saint-Hubert, de Saint-Lambert, de LeMoyne, de Greenfield Park et de Brossard pour former la Municipalité régionale de comté de Champlain, une institution paramunicipale qui a pour mandat de préparer un schéma d’aménagement du territoire et d’en réviser le contenu périodiquement. La municipalité est officiellement constituée le 21 décembre 1982. Elle possède une superficie de 162,7 km2

Les élections de 1982

Le Parti municipal recourt à une stratégie largement basée sur les communications et la publicité. Des panneaux publicitaires de grande qualité sont affichés un peu partout à Longueuil, sur le boulevard Marie-Victorin et le boulevard Taschereau. Le parti fait appel à Stéphane Venne, mieux connu comme compositeur de chansons, pour planifier, orienter et réaliser toute sa stratégie. M. Venne joue un rôle considérable dans toutes les victoires du PML des années 1980.

Le nombre de districts est porté à 19.

La Parti municipal fait campagne en dénonçant le taux de criminalité et en insistant sur le fait que le maire Robidas n’a pas respecté nombre de ses promesses électorales de 1978, projetant ainsi l’image d’un maire qui ne fait pas sérieux.

Le PML augmente sensiblement le nombre de ses membres, passant de 350, en 1981, à plus de 1 500, au printemps de 1982.

Le PML choisit de présenter quatre femmes parmi ses 19 candidats: Florence Mercier, Nicole Béliveau, Lise Sauvé et Solange Boiteau.

Il est question que Paul Viau se présente comme conseiller, mais Jacques Finet s’y oppose. Un curé ne peut redevenir un simple prêtre. Gaétan Baillargeon est tellement furieux de cette décision qu’il joint le Parti civique. Le 10 septembre 1982, le PML l’expulse du parti. Mais la conséquence est plus lourde. Gaétan Baillargeon est un membre très influent et il amène avec lui une partie de la vieille garde du Vieux-Longueuil, pour ne citer que Damase Brissette.

Le programme du parti s’articule autour des thèmes suivants :

 

 

- contrôle de la masse salariale au niveau de l’inflation;
- réforme de la taxation selon le principe des services rendus;
- plan de promotion permanente de la ville de Longueuil;
- revitalisation du centre-ville;
- économies de grande échelle dans le domaine de l’énergie;
- création d’une direction des services à la population;
- amélioration radicale des relations entre les citoyens et la police;
- responsabilité accrue des groupes communautaires en matière de loisirs;
- publication d’un calendrier des activités;
- solution du problème de la double tarification en matière de transport;
- lancement de l’opération 16 000 arbres à planter;
- correction du problème des inondations causées par l’insuffisance des égouts;
- tenue, à tous les six mois, d’assemblées publiques d’information;
- assurance que Longueuil ait une représentation adéquate à la MRC;
- dépolitisation des relations avec les gouvernements de Québec et d’Ottawa.

Le thème électoral est : «Jacques Finet, c’est du sérieux et du solide ». Ce thème, proposé par Stéphane Venne, est inspiré des commentaires d’employés de CIEL FM qui réagirent à une photographie de Jacques Finet provenant du studio Larose. Les commentaires faisaient référence à la barbiche de Jacques Finet et les employés consultés firent remarquer que : «Ça a l’air sérieux, mais ça fait solide.»

La campagne électorale est organisée par un comité exécutif et un comité consultatif. Le comité exécutif a la responsabilité de préparer le thème électoral, le programme, le plan d’action, le plan de communication, l’échéancier et le budget. Il voit à la conception d’un organigramme et à la distribution des tâches et des responsabilités. Le comité exécutif de la campagne de 1982 est composé de :

Président --- Albert Denommée
Chef du parti --- Jacques Finet
Agent officiel --- Gilles Brissette
Président du parti --- Pierre Baril
Représentant des candidats --- Benoît Danault
Directeurs --- Normand Sylvestre, Claudette Taylor et Arthur Babeux.

Quant au comité consultatif, il est composé de :

Stéphane Venne --- Communications publicitaires
Bertrand Néron --- Planification des visites du maire
Benoît Montgrain --- Services juridiques
Réal Chamberland --- Distribution des affiches
Claude Ouellette --- Organisation des assemblées publiques
Jean St-Hilaire --- Organisations sportives et des loisirs paroissiaux
et Serge Duchaine
Jocelyne Robillard Lavigne --- Comité féminin.

Le Parti municipal de Longueuil marque une victoire évidente : 15 de ses candidats sont élus. Au total, 51,94 % des électeurs ont opté pour le PML contre 40,72 % pour le PCL. Jacques Finet l’emporte cependant par la peau des dents.

La victoire de Jacques Finet est étonnante. Le député libéral Jacques Olivier l’avait informé d’un sondage indiquant qu’il n’avait aucune chance. Il révélait ensuite ces résultats à Marcel Robidas, conférant à son équipe une assurance téméraire. Au cours de la dernière semaine de la campagne, M. Finet savait que la lutte était chaude mais jamais il n’aurait cru, de façon certaine, l’emporter.


Nom - Parti - Votes reçus - %

Marcel Robidas Parti civique de Longueuil 19 075 48,38
Jacques Finet Parti municipal de Longueuil 19 157 48,50
J. Gendron Indépendant 1 069 3,02

District no 1
Jacques Bouchard Parti civique de Longueuil 802
Serge Rathier Parti municipal de Longueuil 606
Henri Bouclin Indépendant 205
V. Bourcier Indépendant 200

District no 2
Serge Robillard Parti municipal de Longueuil 1 100
Marcel Tessier Parti civique de Longueuil 835

District no 3
Claude Gladu Parti municipal de Longueuil 1 010
Léonard Boulet Parti civique de Longueuil 838
André Marquette Indépendant 101

District no 4
Roger Ferland Parti municipal de Longueuil 1 436
Yves Lalonde Parti civique de Longueuil 877
H.-P. Germain Indépendant 99

District no 5
Nicole Béliveau Parti municipal de Longueuil 896
Géraldine Courchesne Parti civique de Longueuil 773
Robert H. Tremblay Indépendant 253
M. Robillard Indépendant 221
G. Dorais Indépendant 209

District no 6
Jacques Morissette Parti municipal de Longueuil 1 183
Richard Defoy Parti civique de Longueuil 953
Luc Salinovich Indépendant 148

District no 7
Roger Lacombe Parti municipal de Longueuil 712
Paul-Auguste Briand Indépendant 567
Gérard Thibeault Parti civique de Longueuil 342

District no 8
Gilles Déry Parti municipal de Longueuil 1 284
Nicole Therrien Parti civique de Longueuil 821

District no 9
Pierre Nantel Parti civique de Longueuil 1 367
M. Richard Parti municipal de Longueuil 1 200

District no 10
Florence Mercier Parti municipal de Longueuil 1 492
Louis-René Simard Parti civique de Longueuil 775

District no 11
Serge Sévigny Parti municipal de Longueuil 1 016
Lucien Lebrun Parti civique de Longueuil 895

District no 12
Lise Sauvé Parti municipal de Longueuil 814
Jean-Paul Vermette Parti civique de Longueuil 692

District no 13
Jean-Pierre Trahan Parti civique de Longueuil 839
Solange Boiteau Parti municipal de Longueuil 676
Omer Leclerc Indépendant 503

District no 14
Michel Timperio Parti municipal de Longueuil 1 091
Jeannine Lavoie-Picard Parti civique de Longueuil 927

District no 15
Florent Charest Parti municipal de Longueuil 810
Paul-Émile Paquin Parti civique de Longueuil 707
M. Turgeon Indépendant 382

District no 16
Gaétan Baillargeon Parti civique de Longueuil 988
Georges Touten Parti municipal de Longueuil 960

District no 17
André Létourneau Parti municipal de Longueuil 1 015
Didier Robidas Parti civique de Longueuil 574

District no 18
Jacques Laplante Parti municipal de Longueuil 1 176
Laurence Juneau Parti civique de Longueuil 1 032

District no 19
Benoît Danault Parti municipal de Longueuil 1 978
G. Grenier Parti civique de Longueuil 1 001

 



Jacques Finet. "Enfin du solide. Enfin du sérieux"




Les membres du conseil d’administration du Parti municipal de Longueuil, le 4 octobre 1983. Sur la première rangée, de gauche à droite, on remarque Robert Boiteau, Claudette Taylor, Gilles Brissette, Jacques Finet, Pierre-A. Baril, Jacques Milette, Bertrand Thibodeau, Rosaire Néron et Serge Sévigny. Sur la deuxième rangée, on reconnaît : Normand Sylvestre, Albert Denommée, Réal Chamberland, Yves Hamel, Jacques LeTual, Bertrand Thibodeau, Réjeanne Caron, Henri Demers, André Goossens, Georgette Laverrière, Réal Poulin, Yves Couture et Normand Duceppe.
Longueuil Photo.






Jacques Finet et René Lévesque ont entretenu d’excellentes relations. La photo, prise le 8 octobre 1982, fut publiée dans un journal. Elle allait donner l’élan nécessaire à Jacques Finet pour remonter la pente et battre de justesse Marcel Robidas.
Longueuil Photo. Collection Jacques Finet.




Photo typique de René-Lévesque en compagnie de Jacques Finet et de Pierre Marois. À l’arrière-plan, on aperçoit Jean Verdy.
Photo Bernard Brault. Collection Jacques Finet.













Le Courrier du Sud, 1er décembre 1982

Haut de la page